À Embrun, un espace spécialisé dans la prise en charge des victimes mineures

Mardi 21 mai 2024, la troisième salle Mélanie du département a été inaugurée à Embrun au sein du Relais Petite Enfance de la Communauté de Communes de Serre-Ponçon. Cet espace permet à la brigade de gendarmerie d’Embrun de réaliser des auditions de mineurs victimes dans de meilleures conditions.

Les salles Mélanie existent en France depuis 2012, un dispositif mis en place pour recueillir les témoignages d’enfants victimes de violence, à partir de 3 ans. Il s’agit d’un espace sécurisant et apaisé qui permet d’instaurer un climat de confiance entre les mineurs victimes et les personnels de police ou de gendarmerie comme le précise Marion Lozac H’meur, procureur de la république de Gap.

Le lieu est plus rassurant, il ne ressemble pas à une gendarmerie et donc pour les victimes, surtout les plus jeunes, c'est évidemment un endroit qui est beaucoup moins anxiogène. Et au-delà de la salle, c'est aussi la technique d'audition qui est mise en œuvre, des gendarmes qui sont particulièrement formés.

Marion Lozac H’meur, Procureur de la république de Gap

Cette technique très pointue d’audition de victime mineure est enseignée aux gendarmes de la MPF, la Maison de Protection des Familles. Comme le souligne l’adjudante cheffe Valérie Vaudo, aux commandes de la Maison de pmProtection des Familles des Hautes-Alpes, il s’agit avant tout de procéder étape par étape. Et cela commence par le fait d'établir des règles pour éviter les erreurs ou les souffrances inutiles.

Le fait que je peux me tromper, le fait aussi que je dis la vérité, je sais ce que c'est la vérité. Parce qu'on veut vraiment savoir si l'enfant c'est ce que veut dire "ce qui est vrai" et "ce qui n'est pas vrai". Ensuite on passe au rappel à la mémoire. On va lui demander une journée complète qui a été bien pour lui [...] dès qu'on a fini cette phase de rappel à la mémoire, on va passer sur les faits et agir de la même manière pour qu'il nous explique les faits.

Valérie Vaudo, adjudante cheffe de la gendarmerie d'Embrun

Une salle Mélanie se décompose en deux blocs. Le premier, où la victime est avec l’enquêteur, dans un espace rendu le plus agréable possible à l’enfant. Et le second, séparé, au sein duquel un autre gendarme assiste à l’audition, permettant de porter un autre regard et une autre écoute. Les entretiens sont filmés pour éviter à la victime d’avoir à répéter les faits et donc de revivre les traumatismes.

En France, depuis 1998, une loi exige que les auditions pour mineurs soient filmées. Par la suite, dans le cadre d’une enquête sur l’île de la Réunion, un gendarme a dû auditionner une jeune fille alors âgée de 3 ans qui s’appellait Mélanie. Il lui a proposé de l’entendre dans une salle plus confortable que celles de la gendarmerie. Ces dispositifs d’audition adaptée tiennent leur nom de cette victime.

Deux salles Mélanie sont déjà en fonction dans les Hautes-Alpes, une à Gap et une autre à Briançon. L’ouverture d’un troisième espace dédié à ce type d’audition qui demande une attention particulière permet aux victimes et à leurs familles d’éviter des déplacements trop important souligne la procureure de la république de Gap Marion Lozac H’meur.

Par définition ces auditions ont lieu à des moments qui sont difficiles pour les victimes. Donc si on leur éviter de faire des kilomètres au nord ou au sud, c'est évidemment, en termes de bien-être et de bonne prise en charge, quelque chose d'important. Et il y a aussi le fait qu'on a la brigade de protection des familles qui est basée à Embrun, qui est une unité spécialisée de la gendarmerie dans la prise en charge des victimes [ndlr : de violences intra-familiales].

Marion Lozac H’meur, Procureur de la république de Gap

Contactée fin 2023 par le groupement de la gendarmerie des Hautes-Alpes pour trouver un espace à ce nouvel équipement, la Maire d’Embrun Chantal Eymeoud a proposé le relais petite enfance de la Communauté de Communes de Serre-Ponçon.

Il nous a semblé que cette salle qui n'est pas tout le temps utilisée, qui est bien placée, en plein centre-ville, pouvait faire l'affaire. On l'a faite visiter aux personnes concernées de la gendarmerie et ils ont considéré qu'elle était très adaptée. Il fallait un environnement apaisé, car ce sont essentiellement des enfants qui sont accueillis. On est dans un univers à la fois rassurant et enfantin.

Chantal Eymeoud, maire d'Embrun et Présidente de la Communauté de Communes de Serre-Ponçon

En 2023 dans les Hautes-Alpes, 85 auditions se sont déroulées dans des salles Mélanie, dont 11 pour des viols sur mineurs.