Une personne vote à Cervières, le 30 juin 2024. © Elie Ducos/ram05

Hautes-Alpes : duels gauche-extrême droite au second tour des législatives

L'extrême droite, arrivée en tête ce dimanche, et la gauche, placée deuxième, s'affronteront dans les Hautes-Alpes le 7 juillet pour obtenir les deux postes de député.

Ce sont deux duels Rassemblement National – Nouveau Front Populaire qui se profilent dans les Hautes-Alpes pour le second tour des élections législatives.

Dimanche 7 juillet, Jérôme Sainte-Marie affrontera Marie-José Allemand dans la première circonscription, et Louis Albrand se présentera face à Valérie Rossi dans la seconde. La date limite de dépôt des candidatures est fixée à ce mardi soir, mais il n’y a guère de suspense.

C’est le parti d’extrême droite qui est arrivé en tête dans les deux circonscriptions des Hautes-Alpes, rassemblant 38 % des voix au sud et 34 % au nord.

Le Nouveau Front Populaire s’est positionné en deuxième place : l’écart est de 8 points dans la circonscription de Gap, il est beaucoup plus faible dans celle de Briançon, de seulement 1 point. La gauche a récolté respectivement 30 et 33 % des votes.

Enfin, le parti présidentiel a obtenu la troisième place que ce soit au nord et au sud. Avec ses 23 %, la députée sortante Pascale Boyer fait moins bien que son collègue Sébastien Fine, 27 %. Ces deux candidats, qualifiés pour le second tour, ont annoncé leur désistement.

L'extrême-droite, le Nouveau Front Populaire et le camp macroniste ont tout trois fait mieux dans les Hautes-Alpes qu’au niveau national, où ils récoltent respectivement 33, 28 et 20 % des voix. L’écart le plus important se mesure avec le score de Sébastien Fine, pour le camp présidentiel, avec une marge de 7 points.

Signalons également le score honorable de Johann Mondain, personnalité inconnue du grand public qui s’est présentée sans étiquette dans la deuxième circonscription dans l’objectif de défendre « la ruralité » et qui a récolté 5,70 % des bulletins.

Quant à la participation, elle est plus importante dans le département qu’à l’échelon national : 71 % dans la circonscription de Gap, 73 % dans celle de Briançon, contre 67 % en France.

Zoom sur les communes

À Gap, c’est Jérôme Sainte-Marie du Rassemblement National qui arrive en tête avec 35 %, puis Marie-José Allemand pour le Nouveau Front Populaire, à 31,5 %, devant Pascale Boyer, Ensemble, avec 24,5 %. Un vote moins favorable à l’extrême droite à Gap que sur le reste de la circonscription.

À Briançon, la gauche est en tête avec Valérie Rossi, 37,40 %, puis Louis Albrand du Rassemblement National, est positionné relativement loin derrière avec 30,70 %, soit 5 points devant Sébastien Fine du camp présidentiel qui a récolté 25,9 %.

À Embrun, la tendance est proche de celle de Briançon avec le Nouveau Front Populaire bien devant, à 37 %, tandis que le parti présidentiel Ensemble se place quelques voix devant le Rassemblement National autour des 28 %.

Guillestre et l’Argentière la Bessée sont les deux communes de plus de 1 000 habitants qui ont le plus voté à gauche, avec respectivement 40,8 et 42,2 % pour le Nouveau Front Populaire.

Valérie Rossi, ancienne maire de Puy-Sanières réalise un très bon score sur cette commune avec 51 %, de même qu’à Mont-Dauphin où elle dépasse les 60 %.

Parmi les communes qui ont placé le Rassemblement National en tête et avec près de 40% des voix ou plus, citons Tallard, Vars et Laragne, où près d’une personne sur deux a voté Rassemblement National, puis Laragne, Devoluy, La Bâtie-Neuve, Chorges, Savines-le-Lac, Châteauroux les Alpes et Crots.

Le parrainage de Sébastien Fine par Joël Giraud est loin de lui avoir rapporté autant de voix que le score de Renaissance en 2022, y compris dans le fief de l’ex-député l’Argentière-La-Bessée. En effet le maire de Villar-Saint-Pancrace y a rassemblé seulement 21 % des voix exprimées, c’est même moins qu’à l’échelle de sa circonscription.

Les tendances de ces dernières années

L’évolution des votes depuis deux ans est assez différentes dans chacune des circonscriptions des Hautes-Alpes.

Le vote d’extrême droite, incluant le Rassemblement National et les autres partis de cette sphère politique, est en constante augmentation dans la première circonscription, passant de 27 % au 1er tour des législatives de 2022 à 35 % aux européennes 2024 puis à 38 % hier. Il est plus fluctuant dans le nord du département : l’extrême droite y avait rassemblé 22 % des voix au 1er tour de 2022, puis 39 % il y a trois semaines, pour redescendre à 34 % ce dimanche.

Concernant la gauche, ses scores sont variables dans la circonscription de Gap. Elle a augmenté de 28 % au 1er tour des dernières législatives à 35 % aux européennes pour finalement décroître à 30 % hier. Sur l’autre moitié du département, les performances de la gauche sont assez constantes, à environ 33 % sur les 1ers tours de ces trois scrutins.

Enfin, dans les deux circonscriptions, le parti présidentiel a connu une forte chute aux européennes puis un rebond hier. Dans le secteur de Gap, il a presque retrouvé hier son niveau du 1er tour de 2022. C’est loin d’être le cas du côté du nord du département, où Joël Giraud avait récolté 12 points de plus que Sébastien Fine au 1er tour de 2022.