Une campagne contre les violences sexistes, pour les jeunes et par les jeunes

Madie est une jeune fille qui vit et fait ses études en France. Mais ses parents veulent la renvoyer au pays pour la marier avec un certain Azrad. C’est grâce à une de ses amies que Madie finit par aller voir une association qui l’aide à échapper à ce mariage forcé.

Cette histoire, qui concerne chaque année en France plusieurs milliers de femmes, a été écrite par 7 jeunes de la mission locale jeunes des Hautes-Alpes et mise en dessin par l’illustratrice Lili Sohn, dans le cadre du deuxième volet de la campagne #violencejetequitte du CIDFF PACA, la fédération régionale des centres d'information sur les droits des femmes et des familles.

Une campagne initialement lancée en 2018 à la suite d’un double constat : d’une part, le fait que la violence est très présente au sein des couples de jeunes ; d’autre part, la difficulté de sensibiliser les jeunes avec les outils traditionnels ou institutionnels de communication. C’est pourquoi, à l’époque, le CIDFF PACA a imaginé, en bande dessinée, des histoires qui parlent des violences spécifiques aux couples de jeunes, explique la coordinatrice de la campagne en PACA, Paula Cusi-Echaniz.

Cette année, grâce à un financement de la Fondation des femmes, le CIDFF PACA lance donc le deuxième volet de cette campagne, avec des histoires qui ont été écrites directement par les jeunes de la région.

Ce travail mené directement avec les jeunes a débouché sur six nouvelles histoires qui traitent du mariage forcé, mais aussi du harcèlement de rue ou encore des violences gynécologiques. Une campagne par les jeunes et pour les jeunes, qui fait davantage écho à leur vécu, selon Paula Cusi-Echaniz.

À l’image du harcèlement de rue qui concerne 90 % des femmes en France selon les statistiques officielles. Aussi, écrire ses histoires avec les jeunes a permis d’enclencher un travail de réflexion, précise Paula Cusi-Echaniz.

Ces six histoires sont diffusées sur le site violencejetequitte.fr, ainsi que sur les réseaux sociaux Instagram, Twitter et Facebook du CIDFF PACA. Elles seront bientôt imprimées dans un livret.